La biodiversité en ville

Publié le par Gardiens de Thau ses Ports et sa Lagune

28% d’oiseaux en moins depuis 30 ans. Plus de 40 % des espèces d'insectes en déclin depuis 40 ans dans le monde et un tiers des espèces, en voie de disparition. 

 

Je fais certainement partie de la dernière génération à avoir connu enfant, lors de longs parcours en voiture sur autoroute, la constellation d’insectes scratchés sur le pare-brise, obligeant le conducteur à s’arrêter sur le trajet pour le nettoyer. J’étais triste à l’époque en les voyant s’écraser ainsi. Si j’avais su, peut-être l’aurais-je moins été ...?  Il s’agit du fameux « syndrome du pare-brise »...

 

Eh oui, car maintenant on annonce :

« Un déclin inquiétant de la biodiversité dans les milieux agricoles et urbain ». 

 

En cause: la destruction des habitats, l’artificialisation des sols, les pesticides et la pollution. 

 

Alors on fait quoi ? On attend tranquillement, installés dans nos canapés, l’annonce à la télé, dans le Midi Libre ou Le Singulier, de l’effondrement des écosystèmes tant redouté ? 

 

« Pourtant, si on laisse la place à la nature, aux animaux, ils se réapproprient vite les territoires. Les périodes de confinement l’ont prouvé » dixit les spécialistes.

 

Alors que faire pour freiner ce déclin en milieu urbain et éviter de côtoyer un environnement de plus en plus uniforme et appauvri en espèces vivantes. Car, à ne côtoyer que des gabians, des pigeons ramiers, des perruches introduites par accident, et quelques tourterelles turques, pour lesquels j’ai le plus grand respect, à ne pas prendre soin de nos oiseaux migrateurs (hirondelles, cigognes, étourneaux) afin de leur permettre de reprendre des forces et de se reproduire, n’est-il pas à craindre de ne plus accorder de valeur à la nature ? 

 

Tenez, présente mercredi matin sur le marché, j’ai échangé avec une dame  me témoignant de la destruction, probablement volontaire, d’un nid d’hirondelle, par des ouvriers, à l’occasion de travaux d’entretien d’un immeuble à Frontignan. 

Résultat, des oisillons morts et un couple d’hirondelles stressés qui continuent certainement à cette heure, à voleter au-dessus du nid détruit. 

A si mal être reçues, elles ne viendront plus. 

Il est bon de rappeler que la destruction d’un nid est passible d'un an de prison et 15 000 € d' amende. Et que le dénoncer, est une démarche citoyenne.

Et la fameuse trame verte et bleue TVB ? Vous savez, celle qui est issue du Grenelle de l’Environnement, qui porte l’ambition d’inscrire la préservation de la biodiversité dans les décisions d’aménagement du territoire, sensée accompagner les collectivités et les élus à les sensibiliser et à mener des actions pour assurer la préservation de la biodiversité dans les décisions d’aménagement du territoire...

Pour ce qui est de notre zone urbaine, elle n’a pas dû être très efficace...et c’est bien dommage car la revégétalisation des espaces urbains par exemple favorise l’installation de nouveaux écosystèmes pouvant faire apparaître des espèces nouvelles. 

 

Avec une véritable volonté politique et citoyenne concertée, des actions de sensibilisation pour la préservation et la restauration de la biodiversité urbaine pourraient être menées :

  • Lutte contre la prolifération des chats errants qui provoque beaucoup de dégâts sur la biodiversité. Il faut que la municipalité, car cela est de son ressort, assure la stérilisation de tous les chats errants tout en leur offrant des lieux de vie. 
  • Aussi bien à l’échelle du bâti en utilisant des matériaux de construction dédiés, que des espaces verts. 
  • Lutte contre l’artificialisation des sols avec des matériaux adaptés, contre l’étalement urbain.
  • Création de lieux de vie pour les animaux (nichoirs, maisons à insectes, ruches)
  • Études systématiques sur les conséquences écologiques et sociétales d’un projet et en proposant les mesures adéquates pour promouvoir un développement durable. Cela peut être : déterminer à quelle saison démarrer les travaux, délimiter des zones à préserver, mettre en place des abris temporaires pour les espèces animales…
  • Restauration des milieux naturels qui ont été détruits 
  • Développement de l’ingénierie dont la mission est d’allier préservation de la biodiversité et enjeux économiques...

 

Plus de terre, moins de bitume !

Plus de vert, moins de béton !

Josiane AMARGER

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Pierre JOSSE 05/06/2021 10:57

En France nous avons une kyrielle de lois et ce dans tous les domaines. Celles sur l'environnement sont très étoffées et règlent tous les problèmes !!!. Seulement voilà, même ceux censés les appliquer s'en moquent comme de leur première élection.
Pesticides, néonicorticoïdes, engrais chimiques, pollutions des espaces, se combinent pour arriver à ce constat aujourdh'ui : la nature dans son ensemble (arbres, animaux, etc..) se meurt.
Comme disait Chirac : "notre maison la terre brûle et nous regardons ailleurs".. Mais qu'est ce qui a chnagé depuis ? RIEN. Bel exemple que les politiques sont des machines à paroles et sont incapables de protéger la nature qui pourtant est notre survie.